^^-tv^-,-^

9 /^V-

^:',é^^

>^ I

ife^"^'

:x'^>-^^-

.:-<^.-s

■w ,~.ir0*,"'^. .'Vv^i^-F"'

»-^ ^ ,v^

^ ^-..r-^?-

.U^Vfi

V

BULLETIN

L'HERBIER BOISSIER

SdUS [,A DlUlvCriü.N DK

Gustave BEAUVERD

OONSKltVA TRUU 1>1'; l.'lIEli HIKR

^me série 1907

'-^-- ^4.^-^^—.

l'A in S

I'ai;l kmncksikck

3, iiifi (ionirillc.

CHAMP.KZY (Suis.se)

RH] H LIN

li. FHIKDL.'KNDIiU & SOILN i i , C.üi'lsliusse.

LOiNDUKS

WILLIAM WKSLIÎY & SON

28, Kssftx ftlreol.

BULLETIN

DE

L'HERBIER BOISSIER

sous t,A DIHECTION \)K

GUSTAVE BEAUYERD

CONSKUVATRUH HR 1. llRUHIRli

Chaque (Jnl/ahora/eiir est i'exponsnble <li' ses Iraüaii,!-.

SEGON DE SE F^ I E Tom« VII. IÎJ07.

NO 1.

Bon à tirer donné le 29 décembre 1906.

l'i'ix «ic rAhoniieineiit

!2() FKANCS l'AU AN l'OUH LA SuiSSK. 25 THANCS PAU AN POUK I.'HItU A NUKK.

*^^6^

Les abonnements sont reçus A L'H h]IVBIEI*. l301SSlh]l*»

CHAMBÉZY (Suisse).

l'AI'.IS

'AL'I, Kl.lNCKSIKCK

3, ..re ronieille.

|}EMMN

li. rUIlCni./KiNDICH & SOH.N ■I 1 , r.arlslrasse.

lonijup:s

\VII,MAM WIttMÎY & SON

2K. Kssf'x SI Vf Ol.

1907

Tous droits de reproduction et de traduction réservés pour tous pays, y compris la Hollande, la Suéde et la Norvège.

m LLKTIN DK l/HKIiBIKIl JiOlSSIKIl

SECONDE SÉRIE

S(>MM\li;r. hl .N" I. JANVIFJl M.)()T.

I. I«:. iimhnIoi-. rLANT.i: PAii.vdrAHiENSßS xov.i:

\i:i. MIM s (iOd.MT.K 1

II. n. 'l'aiiiior-l'^iillciiuiiiii. CI I.NTKIHlTlnX A LIT! IH; KKS LACS ALPINS ih

III ,1. Itofiimiill«'!-. - HKITK.EGI-: Zl'H LLOHA DLli

KLHII{S(;i:i{||{(iK .\OP,l)-PKI',SIK.\S (l'orhelzuuçi folglj.. :i^

l\ Arlliui- .11»ill<>fV'r. -^ Cil AALESII'HI ).\ SIMIAC.XI-

(.<iLA iKtv. s|» 'l'i

\ iiuHt. O. A. :«l:iinie. XYI5II)A(;I':KN VO.N I'AHANA. io

VI (;eoi-;;('.s V. Hcuter. LK SONDHI-: NOinKCIMX

.\\or mit' Inliddiiclioii |i;ir M. le II' .lohn I5kiui;kt 18

\ll Caiiiiilo Karl Scliiicider. IMI.MACME SIXICO-

.1 'il'iiXIC.L Xm\ .K cl ;i(iii(il,ili(nies i^oiiei'aies de Poiii;iceis ou \ III. l-'i-îiiiA SK'pliaiii. SPKCIKS IIKPATICAlU.M (sinte). ;)9

l\ <;iiHla\e IC<'aii%«>r(l. - SUCIKTÉ UOTAXIOl'K DK

(lIvMiVL. Ctiiii|ih' rendu de l:i sé;inco(hi lUdécenilii-e l'.HKi : (i. tiK (^A^ll(>l,l,l•:, L'aiiluiioiiiic (il- la lloraisoii dans llnuixxinu'll/n luipiirifiTii: 1)1 Pk.naiu). Sur la locuinolioii des diaUiiiires; V. (iwK. JlcrltDiisaliuii à la Dcnl de liossaru^; l'rof. (iui.Nn-:B. Nniivcaiilt's ll<(risli.|iii"s du Sciimuz: Pnd'. Chodat, Quelqiie.< iossilfs \(^>.'t'laii\ : W". M.xhbkv. Sur le rtdtiiiscinciit du .Iura .... 7.'}

PL.VXCIILS COXTKXILS DAXS CiTTK LIVP.AISOX:

l*HN<:iiK I. \. ol-2. I^riijnon lliinniiicus |{uriiiii. el Vicrliapiirr spcc. nov

."5. Eiiiieiun lilliiirseiisis Hois.s.-Tolsclial. l'i \M m: II. l'uirllninii lioltilviiciiiii Uoriiiii. sppc. nov.

UIS. I.ii iioinclh' adiY.ssc de IVdilnir de l'Index sera nHiiii ii|iin' plus lard aii\ ahoiinés du Itiiiloliii.

oi(si':i(v.\iio\s

Lc.s aiiieiirs îles irav;m\ iiiséivs d;uis le liulletin île l'HerOicr Hoissier

oui dniii ^|•;lllnl(!nlenl à trente exeniplaire.s en liiaye à pari.

Aurnne livrai.sun n'esi vendue sé|»;iréinenL

/.rx ,iim„„>-x sn,i( III nies a iursrnUr h-iirs récluiiKitioiis (laus les quinze jours qui suiri'ut lu inihliralion de chaque numéro.

BULLETIN

L'HERBIER BOISSIER

BULLETIN

L'HERBIER BOISSIER

sous LA DIKEGTION DE

Gustave BEAUVERD

Conservateur de l'Herbier.

Tome VII (2"»« série)

(Chaque Collaborateur est responsable de ses travaux.)

Prix de rAboiinenieiil

20 FRANCS PAH AN POUR LA SüISSE. 25 FRANCS PAR AN POUR l'EtRANGER.

Les Abonnements sont reçus A L'HERBIER BOISSIER

CHAMBÉZY (Suisse).

NEW YORK

BOTANICAL

GAf^DEN.

GENÈVE

IMPhIMEHJE ItOMET, 20, IJOULEVAHD GEORGES-FA VON

1907

BULLETIN DE L'HEliBIER BOlSSlEll

2"-« SÉRIE. - TOME VII. - 1907.

1.

PLANTA PARAGUARIENSES

NOV^ VEL MINUS CO GNIT^' f^w vc-

E. HASSLER.

Pseudomachceriiim Hassler genus novum. P. Rojasianwn Hassler spec. nov. Desmanthiis Michelii Hassler spec. nov. Aeschynomene natans Hassler spec. nov. Disciphania Hassleri Ghod. spec. nov. Polygala tobatiensis Ghod. spec. nov. Sorocea saxicola Hassler spec. nov. Polycarpon L. sect : Monosligma sect. nov.. Polycarpon anomalum Hassler spec. nov. Chodanthiis splendens Hassler. var. glomeratns Hassler. var. nov.

In nouveau genre de Légumineuses du Paraguay.

Pseudomachserium Hassler genus novum Dalbergieartim. '■

Calyx manifeste quinquedentatus, denlibus subulatis in costulas desi-

nenlibus; vexillum suborbiculatum, dorso gibbosum; aide falcatse; carma

arcuala subobtusa, petalis dorso cohserenlibus; stameu vexillare iraa basi

* Les types de toutes les plantes décrites dans les PI. Paraguarienses se trou- vent, sauf mention spéciale, dans les Herbiers Hassler et l'Herbier de l'Univer- t:r site de Genève; ceux, portant la mention itUnicmn-» dans l'herbier Hassler '^ seulement. '«s:j'< BUM.KTiN DE i/hbrhikr BorssiK«, uo l, 31 décembre 1906. 1

BU

M.ETi.N DK i-'mcmm'.a boissikk (2'^« skr.)- 1907 (2)

liberum in parle superiore cum caeteris connatum, antherœ versatiles; ovariiun manifeste stipilatum, medio inferiore triovulatum, Stylus fili- formis incurvas, sligina parvum terminale; legumen stipilatum, oblongum, samaroideum, indehiscens, 2-spermum, superne in alam oblongam reli- culalo venosam allenualum, semen subquadrangulare, leviler compres- suin lomenlosum. Frutex foliis allernis, imparipinnatis foliolis oppositis.

A génère affini Loiichocarpo differl indole calycis, vexillo gibboso, ovario in parle media inferiore lanlum ovulato, legumine saraaroideo laie alalo, aliisque.

A génère Machxrio cui aspeclu est persimile, differl imprimis foliolis opposilis. calyce, lubo slaminali supra connato, ovario trispermo, legu- ' mine bispermo.

Noire nouveau genre appartient au groupe des Lonchocarpinœ (Taub.) cfr. Engler et Pranll. Nat. Pflzfam. III, 3, p. 333 et il est très voism de Lonchocarpus H. B. K., il s'en dislingue cependant très nettement par son fruit samaroïde et les autres caractères ci-dessus mentionnés; du genre Denis Lour., il diffère par le fruit et le calice denté. Il serait donc à ranger à côté de Lonchocarpus H. B. K. sous le 3636. dans Engl, et Prll. 1. c. Nous lui avons donné le nom de Pseudo Machdermm, parce que par son aspect il rappelle les nombreuses espèces de Machœrium de noire flore, ce n'est qu'après examen plus détaillé qu'il s'en distingue facilement par les caractères énumérés. \/ Pseudomachserium Rojasianum Hassler. spec. nov.

Frutex aile scandons, 10-1 o m.; rami graciles flagelliformes, elongati ad 0,5 cm. crassi et 2-2,5 m. longi, vetustiores puberuli, leviler striali, cortice griseo sparse lenlicelloso oblecli, juniores pubescenles subteretes pubescenles. Internodia 3-7 cm. longa. Folia irapari-pinnala, petiolits communis 3-7 cm. longus, stipulas deciduse laie trianguläres 1,5 mm. longœ et 1 mm. lalse, rhachis 3-5 cm. striata, puberula, in quoquejugo articulata, internodia foliolorum 10-33 mm.; foliola 5;, brevi petiolata, petiolulus crassus, pubescens, 1,5-2 mm. longus, lamina ovalo-lanceolata vel ovalo-elliplica 38/2, 50/2o, 60/28 mm. basi rolundala, apice subrelusa mucronala, penninervia nervis laleralibus 5-7. Foliola juniora utrinque in nervis et marginibus puberula et prœcipue in pagina superiore pilis brevibus conspersa, vetusliora in nervo mediano tanlum pilosula. Inflo- rescentia axillaris, paniculalo-racemosa, umbeliis 3-5 floris composila, pedunculus sat crassus, leviler slriatus, pilosulus 20-30 mm. longus, pedicelH graciles i-S mm. longi, bracteae trianguläres 1,5-2 mm. longae ad basin ce. 1 mm. latse ut bracteolae lineari lanceolalee 1-1,5 cm. longse

<3)

E. HASSLER. PLANTA PARAGUARIENSKS.

puberulae. Calyx campanulatus ce. 3 mm. altus, pilis brevibus puberulus, dénies subulati 0,5-1 mm. longi, usque ad medium circiler in costulas

Pseiidomachœrium Hojasiamim Hassler.

a. Flos....

l

b. LeL'innen

I

c. Senioii . .

I

desirienles vexillum suborbiculaLum, dorso gibbosum, exUis sericeum 6-7 mm. longum el lalurn, basi exappendiculatum; alae falcatse 6-ö,5 mm.

4 BULI.KTIN DK l/uiiUlilK« BÜISSIKK (2'"« Sli».). Ii)ü7 (4)

longae el ad 2 mm. Iala3, basin versus ul carina sparse selosœ; caiina arcuala, subobliisa, pelalis dorso cohaerenlibiis, ce. 8 mm. longa; stamen vexillare ima basi liberum, in parle superiore cum cseteris in lubum clausum ce. 8-9 mm. longum connatum, antherœ versatiles. Ovarium manifeste stipilatum pilis brevibus adpressis puberulum ce. 8-9 mm. longum et 0,5 mm. latum, ovula 3 in parte inferiore tanlum ; lefiumen slipitalum, oblongum samaroideum inter semina leviter conlraelum,. indehiseens, bispermum, superne in alam oblongo-falcalam reliculato- venosam, attenuatum, stylo terminali coronatum. Legitmen 22-28 mm, longum ce. 3,5 mm. latum, ala 16-21 mm, longa, 8-9 mm. lata, semiiut 2 subquadrangularia leviter compressa 3,5/2,5 mm. endoearpio lomen- toso albicanle delergibili obtecla.

Species nova comili lideli, qui per dua lustra labora et privationes soli- tudinum paraguariensium meeum divisit, discipulo et amico meo,. Teodora Bojas Paraguariense, custode herbarii mei, dicata.

Liana frulieosa 10-12 m. petala roseo-flavovirentia, badio striata. Ad margines silvarum prope Villa Rica florifera et fruelifera mens : Januar, J9Ü5 Ilassler n. 8619 et 8619a.

Une léfumiiicuse méconnue de la flore paraguayenne.

Dans ses contributions à la flore du Paraguay M. Mare Mieheli décrit sous le nom de Neplnnia hexapetala une nouvelle espèce de Mimosée du Paraguay, dont il dit lui-même ne pas être sur de la détermination géné- rique à cause de l'absence de fruits sur les spécimens étudiés. Ce qui reste inexplicable est, que le savant auteur des Légumineuses du Para- guay, dans le doute sur la place générique de sa nouvelle espèce, l'ail attribué à un genre du groupe des Adenanthereœ, duquel elle était dès 1& principe à exclure par ses anthères églanduleuses. Cette observation me frappa lors de la trouvaille de mes premiers spécimens n. 9239 trouvés sans fruits comme ceux deBalansa, et il ne restait pas de doute |)our moi, qu'il ne pouvait s'agir que d'une Eumimosée et dans ce groupe il n'y avait que deux genres, Desmanthus et Mimosa, dans lesquels celte espèce pouvait être placée.

<o) K. HASSLER. P^A^T/E PARAGUARIKNSES. 5

Loi's de mon dernier séjour à Caaguazu, un heureux hasard me fit trouver (in loco classico) des spécimens de cette intéressante plante à î'état de parfait développement, avec fleurs et fruits mûrs, et ma suppo- sition qu'il s'agissait d'une espèce du groupe des Eumimosées fut pleine- ment confirmée : les légumes si typiques ne laissaient plus de doute qu'il s'agissait d'un Desmanthus.

Les spécimens de Balansa reproduits par la planche XYH des Contrib. à la flore du Paraguay par M. Micheli, proviennent de champs récemment brûlés et sont des repousses rabougries qui ne donnent pas une bonne idée de notre plante à cause du rachitisme de leur développement; en outre les spécimens que M. iMicheli a eu à sa disposition, présentaient <leux anomalies, qui ne se sont pas retrouvées dans mon matériel malgré «n examen soigneux d'environ 40 exemplaires, récollés dans les mêmes parages. L'une est celle dans laquelle M. Micheli dit avoir trouvé des capi- tules exclusivement composés de fleurs mâles; l'autre est l'hexapetalie ■des fleurs hermaphrodites.

Dans le doute, et comme la description de M. Micheli présente en outre quelques autres différences (glabriété des folioles, etc.), j'ai laissé subsister comme variété le spécimen décrit comme Neptunia hexapetala Micheli.

Parmi les Mimoséesdu Paraguay, notre plante est une des plus inté- ressantes par son port. Grâce à ses tiges ensiformes, à feuilles rares et ■éloignées, presque invisibles, elle rappelle de loin un de nos Iris ou un Sisyrinchimn; aussi, en l'examinant de plus près, grand est l'étonne- menl du collecteur de constater, que ce qu'il prenait pour des feuilles sont des tiges portant de minces feuilles et quelques rares fleurs et fruits.

Le nom spécifique donné par M. Micheli étant basé sur une anomalie ■qui ne se retrouve pasdans mon abondant matériel, j'ai résolu de conserver €et ancien nom pour la variété seulement tandis que l'espèce typique sei'a dénommée : V Desmanthus Michelii Hassler spec. nov.;

P. p. quo ad varietatem Neptunia hexapetala Micheli in Contrib. Flor. Parag. I, p. 50, lab. XVII.

Suffrntex 30-00 cm. allus, rhizoma subhorizonlale, liguosum 15-!^0mm. <;rassum. Gaules 2-5 erecto-arcuati, sublignosi, glaberrimi, distincte ensi- forrnos (haud triquelri ut in desc. beat. iVlichelii) in parle inferiore longi- tudinaliler plicato-slriati 1,5-2,0 cui. lati, prope basin anguslati subteretes. Inleniodia 5-6 cm. dislanlia. liami ut caules arcuati, ensiformes 8-12 mm.

6 BULLETIN DK l'hKE^BIKR BüISSlKR (2™« SEK.). 1907 (6)

lali, 10-20 cm. longi. Stipulœ caduciß, oblique cordalse, apice acuminalse^ basi infra inseilionem productee. Folia rara 3-6 cm. distanlia, parva. Petiolus communis 5-6 mm, longus, pubescens, sub pinnis glandula oblonga, 1,2-3 mm. longa, munilus. Pinnœ unijugse, rhachis apice selosa 12-15 mm. longa, Slipellae subulalse 1-1,2 mm. Petiohdi leviter incras- sati, puberuli. Foliota 7-10-juga lineari-oblonga, apice obtuse acuminala, basi obliqua 5-6 mm. longa 1,2-1,5 mm. lala, marginibus ul rhachis sparse setulosis.

Pedicelli solilarii, puberuli 1-3,5 cm. longi, capitula globosa expans» 16 mm. diam. Bracteœ numerosse cc. 3 mm. longœ, infra medium lineari angustalse, supra in laminam triangulari-spalhulatam dilatalge. Floren sessilesin capitulos aut hermaphroditos aut mixtos i. e. partim herma- phroditos et preecipue inferiores masculos, aggregati.

Floi^es hermaphrodüi : Calyx campanulatus quinquedentalus cc. 4 mm. longus. Petala 5-6 mm. longa, lanceolalo-ovata in triente inferiore subli- nearia, apice leviter concava. Stamina 10 filamenta 10-12 mm. longa,, antheris cc. 1,2 mmi longis 0.7-0,8 mm. latis. Ovarium subsessile gla- brum, ovulis cc. 25, stylo adjuncto cc. 13-14 mm. longum, Stylus superne leviter incrassalus, stigmate cupulari.

Florum masciilornm omnes partes pauUo minores petala 3,5-4 mm* stamina 5 longiora 3-4 mm.. 5 breviora 2 '/^-S mm. longa, ovarium obsolelum, Stylus 6-7 mm.

Legumen lineare, rectum, bivalve, post dehiscenüam valvis leviter falcaiis, piano compressum, suturis marginalibus leviter incrassatis, valvis membranaceo-subcoriaceis, inter semina subseptatis, semina cc. 25, obliqua, subquadrangularia, versus marginem leviter compressa^ i. e. obtuse bipyramidata, laevia albuminosa.

Suffrutex erectus 30-60 cm. altus, petala alba intus flavescentia, legu- niina badio-nilentia. Prope Caaguazu in campis mens : Octob. floret el fructificat Hassler. n" 9239«.

Forma procumbens nob.

E. campis recenter combustis : Habitu ut in icone a beat. Micheli dal; céleris notis ul in typo.

Suffrutex prostralus vel semi adscendens 0,2-0,5 m. flos albus. Prope Caaguazu in campis recenter combustis mens. Mart. floret. Hassler 9239.

Yar. hexapetalus (Micheli) Hassler.

Neptiüiia hexapelala Micheli 1. supra eil. e descript.

DilTert habitu. caulibus Iriquetris ? ensiformibus, petiolis, petioluhsque

(7J K. HASSLER. PLANTA PARAGUARIKNSES, 7

glabris, foliolis mapgine haud selulosis, capitulis minoribus, capilulis e floribus masculis tantum aggregatis? Floribus hermaphrodilis prsecipue hexandris. Balansa ;Caagiiazu in campis Marl. n. 1442 f. Micheli 1. c.

Une lépmineiise nageante des étangs du Paraguay.

Les étangs du Paraguay qui nous ont déjà fourni une série d'espèces nageantes intéressantes telles que V Alternanthera Hassleriana, le Phyllanthus fluilans, etc., qui ont été l'objet d'un travail spécial de M. le prof. Ghodat (vôy. Bull. Herb. Boiss. 1906, p. 143), viennent de nouveau nous fournir une espèce nageante nouvelle. Plantes de stations humides et de marécages en général, les Aeschynomene connus jusqu'à présent sont cependant toutes des plantes fixées. Notre nouvelle espèce, au contraire, est nageante; dans les marécages peu profonds elle est érigée parmi les graminées et cyperacées; végétant dans la vase retenue entre les ilôts de ces herbes, se laissant enlever, ainsi que l'indique la note du collectionneur, comme si elle y nageait aussi.

Aeschynomene natans Hassler spec. nov.

CaiiUs simplex herbaceus 0,5-1 m. altus, inter gramina adscendens vel serai-prostratus, natans, basi ce. 1 cm., apice ad 0,5 cm. crassus, lasvis, leviter strialulus, meduUosus, basi radices adventivas fibrosas simplices numerosissimas ut coma edentes; inteniodia 4-5 cm. stipulœ membrana- cese, oblique cordatae, apice longe acuminatse, infra insertionem longe productse ce. 20 mm. longse et 5 mm. latse; folia alterna paripinnata 14-18 juga, petiolus brevis ce. 5 mm. longus ut rhachis sub-alatus, rhachis plana, pilis glandulosis sparsis munita, apice setifera 55-80 mm. longa, foliola exstipellata breviter petiolulata, lineari oblonga, apice et basi rotundata 10/2,5 12/3 mm. nervis paginae superioris inconspieuis, inferioris immersis; ex axillis foliorum caulinorum oriuntur rami floriferi 7-8 cm. longi, ad medium ce. folium gereutes, folio caulino persimile sed minus, ad 4 cm. longum, paripinnatum, ce. 7-jugum, ejus rhachis apice setosa, foliola 7/2,5 8/3 mm. basi stipulis oblique cordifor- mibus infra insertionem productis munita; flores ad apicem ranii in

8 BULLKTIN DE 1,'HKUBIKR «(»ISSIKU (2^6 SKR.). 1907 (8)

racemum bi-lriflorum disposili; basi in quoque ramo inflorescentiae est bractea stipuliformis membranacea, triangulari-siibcordata, serrato denli- culala ad 5 mm. longa basi leviter producta; bracleolae duae, florem quasi amplexanles lanceolal». serra to-den talée ce. 4 mm. longœ, pulveru- lenlo-tomentosula?.

Califx membranaceus. bilabiatus ce. 6 mm. longus, labio superiore breviter obtuse bifido. inferiore Irifido denlibus acutis 2 majoribus, tertio minusculo; vexillum orbiculatum margine, tenuissime serra to-denticu- latura. denticulis sicco fuscescentibus, alae oblique obovatae. margine supe- riore serra to-den ta tœ. vexillo paullo breviores; carina profunde arcuata, breviter rostrata. petalis setis marginalibus leviter cohterentibus, stamina in tiibum fissum connata, œqualia, untherae oblongae versatiles ovarium stipitatum ce. 8-10-ovulatum verucose pilosulum, Stylus incurvus, stigma terminale capitatum; legumen stipitatum ce. 45 ram. longum. lineare, articulis ce. 8 quadrangularibus o X o mm., lateribus muricatis, ad suturam inferiorem dehiscentibus ; (an dessicatione f) semina subreni- formia Itevia 4/2.o mm.

llerba natans prostrata vel inter gramina adscendenli-natans. vexillum alœque flavce, carina rubra, in palude pr Santa Elisa. Gran Chaco, Para- guay flor. et fruetif. mens; Februar. Hassler n. 2773, legit custos herbarii mei T. Rojas.

Notre nouvelle espèce appartient à la section Euœschijnomeue de Bentham et est voisine de VAeschynomene semitiva Sw. qui habite les mêmes parages, elle s'en distingue cependant aisément par le port, ses feuilles, les stipules plus grandes et les fruits à bords verruqueux, etc.

Le raisin des forêts paraguayennes.

Depuis de longues années nous avions entendu les indigènes parler d'un raisin qui se trouverait dans les forêts des régions calcaires du Rio-Apa au nord du pays. Sachant la contrée très riche en espèces de Cissus nous croyions d'abord qu'il s'agissait d'une espèce encore inconnue de ce genre à fiuits exlraordinairement grands; mais quel ne fut pas notre étonnement, lors de notre séjour aux bords du Rio-Apa, de

(9) lî. HASSLER. PLANTA. PARAGUARIENSIÎIS. 9

trouver une liane de la famille des Ménispermacées portant des grappes qui ne le cèdent en rien à nos grappes de raisin les plus belles, tant comme grandeur que par la beauté de la coloration des baies. Le goût aigre-doux un peu fade de ce fruit rappelle plutôt celui des fruits de certains Cereus et Opuntia du Paraguay.

La liane qui porte ces faux raisins appartient au genre Disciphania et constitue une espèce nouvelle pour la science :

Disciphania Hassleri Chod.

Frutex volubilis ramis ultimis herbaceis longissimis multistriatis pilo- sulis vel glabrescentibus, internodiis 7-9 cm. ; folia cordata breviter api- culata lobis basalibus rotundatis. majoribus interdum suborbicularibus vel reniformibus, peliolo basi volubili striato 10-14 cm. apicem versus angustiore et pubescente, lamina herbacea lenui supra et subtus sequa- liler adpresse puberula ce. 7 nervia nervis procul a margine eleganter et simpliciter anastomosantibus, margine densius ciliata 12/10 14/12 20/21 cm.; inflorescentiae masculinse leviler supraaxillares basi gemma parva pilosa inter folii basim et insertionem pedunculi sita; pedunculus glaber vel parce pilosus 30-35 mm. Ig., pars florifera cylindrica 45/14 mm. i. e. sat crassa et densiflora haud gracilis; flores subsessiles sepalis 6 subaequalibus late ovalis breviter acutis carnosulis pubescentibus vel villosulis e centro floris ad apicem 8 mm. longis, petalis in discum car- nosum hexagonum 5 mm. diam. dispositis, petalis pentagonis longiuscule apiculalis apiculo subglochidiato; basis corollse lineis crassis 3 divisa; e quoque loculo oritur stamen subsessile connectivo crassiusculo deltoideo loculis poUinigeris divaricatis late adnatis et connectivo late superatis; inflorescentiae fœminese parte florifera densiflora 5-8 cm. Ig., 10-12 mm. lata i. e. quam masculinee graciliores; sepala ce. 6 mm. masculinis simil- lima; petala carnosa sublibera plus minus clavata apice latissime retusa haud ut in fl. masc. membranacea et apiculata; carpidia 3 glabra ovoidea stylo obsoleto stigmate retuso angulato, ovulo unico; racemus spiciformis maturus rhachi crassa sinuata, ad 25 cm. longus baccis 30-40 ellipsoideis 14-17 mm. longis 12-15 mm. latis, vinoso viridescentibus, ut baccse uvarium rubrarum, putamine lateraliter compresso longitrorsum sequa- liter cristalo alis laleralibus utroque 3, mediana in quoque facie minore lignescentibus fimbrialis. Embryo ut in D. Ernstii Eiclil.

Affinis Disciphaniœ lobalae Eichl. a qua differt foliis integris, spicis masculinis densis haud gracilibiis multo brevioribus et petalis haud retusis sed apiculatis flore triplo minore putamine alio (ex .Jahrb. Berl. Bot. Gart. 1883, II Eichler), affinis eliam D. Ernstii Eichl. (1. c.) sed dilTert

l^

10 BULLfiTIN DK l'hKP.BIER BOISSIKR (^'ï^« SKR.)- 1*^07 (10)

indumento, foliis omnibus integris, magniludine florum, spicis lœmineis densissiiïiis haud gracilibus i. e. niulto crassioribus at similis pulaminis structura.

Spec $.

Liana frulicosa G-12 m. petala ochroleuca, in silvis in regione cursus snperioris fluminis Apa, flor. mens : Nov. Hassler n. 7850.

Spec. $.

Liana id. petala cremea, fructus baccatus Yilis viniferae similis, edulis, mucilaginoso subacedulus in silvis eod. loco flor. et fruct. mens : Nov. Hassler n. 7850«.

lîn nouveau Polygala rupeslre de la Cordillère centrale du Paraguay.

Polygala tobatiensis Chod. nov. sp.

Basi lignescens, ramis virgatis ereclis simplicibus duris demum fragi- libus puis crispulis vix puberulis 20-30 cm. longis; folia numerosa lineari- lanceolata mucronata subsessilia vel petiolo ad 1 mm. longo, limbo sub- coriaceo vel chartaceo glabrescente, nervo medio subtus prominente pennato, 32/7 30/5 25/6 mm.; racemi terminales elongati laxiflori demum spatio longo denudato 15-30 cm.; rhachi sub lente pubescente stricta, bracteis lanceolato-linearibus pedicellis demum vix brevioribus citius caducis; pedicelli erecti et cernui rigidiusculi 3-5 mm.; sepalum superius giabrescens vel glaberrimum navicularis ad 3 mm. longum margine decoloratum et glandulis stipitatis paucis vel subnullis ornatum; inferiora dua usque fere ad apicem coalita margine vixglanduloso ciliata; aise laliuscule spathulatae inaequilaterales 7 mm. longse, 6 mm. latee nervis lenuibus vel distinctis ramosis extus regulariter anastomosantibus; peta- lorum superiorum limbus ellipticus incequilaleralis extus breviter auricu- latus nec retusus nervis paucis ce. 5 percursus; indoles ceterse ut in seclione; capsulée elliplicse oblongae glabraî nervis '/i brevior et multo angustior. ; semina breviter lomentosa basi haud comosa nec sericea, caruncula superposita nec equilanle subacieformi suborbiculari ut in P. Urbani Chod.

Species habitu virgato basi sufTruticosa, sepalis glabris nec dense

(11) E. HASSLER. PI,ANT/E PARAGUARIKNSES. 11

puberulis, nervis alarum haud crassiusculis, glandulis sepaloi'um obso- lelis, indumenlo seminuin a P. extraaxillari el afflnibus sat diversa.

Sufîrutex 0,3-0,6 m. petala rosea inter rupes in colle Tobaly fior. mens : Mart. Hassler n. 3980; eod. loco flor. et frucl. mens : Sept, llnssler n. 6292.

lliie loracée nouvelle de la flore paraguayenne.

Sorocea saxicola Hassler spec. nov.

Sub Madiira brasiliensi Endl. spec. omnino obscura in Chod. et Hassl. PI. Hassl. II, p. 43.

Arbor 6-12 m. alla, omnibus parlibus lactescens, trunci diametrum, ad 40 cm. cortice ruguloso, sordide griseo-rubescenti. Coma subampla, ramis ce. 3,5 m. allingentibus.

Ramuli brèves crassi, cicati'icibiis foliorum delapsorum nodosi, cortice ruguloso lenticelloso breviter hirsulo, novelli pube densa, oblecti. Folia alterna coriacea, pedicelli brèves 3-4 mm., hirsuti, lamina ovala vel obovato-oblonga, apice breviter acummala basi rotundata, 40/20 40/25 50/40 mm. supra Isevissima nitens, subtus breviter hirsuta, nervis exsculplis reticulatissima, nervis primariis ad margines anastomosan- libus, margine revolulo subintegro.

Inflorescentise axillares, masculae solitariae fœminese geminœ. Flores dioici, utriuscpie sexus in spicas capituliformes contracti.

Spica masculina globosa, brevi (6-8 mm.) pedunculata e floribus ce. 12-18 composita; flores sessiles, bracteolae laie ovatse, perianlhiinn 4-parlituna, lobi decussato-imbricati, spathulato concavi, subcuculiati 3-3,5 mm. longi et ad 2 mm. lati, extus pilis brevibus puberuli, rudimentum ovarii nulluni, stamina 4, lobis perianlhii opposila, filamenta brevissima, anlherœ subovalee, extrorste, longitudinaliler biri- mosae.

Spica fœminea capituliformis e floribus ce. 8 composita, pedunculo capi- lulo ccquilongo vel longiore, flores sessiles, bracteolae brèves, la te ovatse, perianthiiim urceolalum, carnosulum 1-1,5 mm. longum, extus pilis brevis sparsis puberulum, basi ovario adnatum, styliis obconicus, crasse carnosus, perianthio inclusus, stigma brève, lobis 2 reflexo-palentibus

12 BULLETIN ÜK l'hERBIEU BOISSIER (^me SÉR.). 1907 (12)

fimbriatis. ovarium obovoideum, Ovulum juxla apicem affixum, pendulum Friiclus deesl.

Arbor dioica 6-12 m. flos ^ flavovirens flos 9 viridis, in glareosis pr. Villa Concepcion llor. mens : September. Hassler n. 7388 spec. $ et 7388a spec. 6-

Forma subrepauda nob.

Foliis oblongis vel obovalo oblongis, tenuiler coriaceis, longius acumi- nalis, marginibus haud revolutis sed subrepandis, reti nervorum minus exsculpto, lamina 65/22 75/32 mm.

Arbor 5-6m. floss flavescens; inter rupes in collibus pr. Tobaly flor. mens; September Hassler n. 6455.

Yar. dentata nob.

Foliis late ellipticis vel obovatis, lamina 65/32 65/40 60/35 mm. crasse coriacea, apice oblusa margine haud révolu la, prsecipue in parle superiore grosse denlala, supra leevissima. sublus reli nervorum valde exsculpto.

Arbor 6-8 m. flos ^flavescens, in locis saxosis pr. San Bernardino flor. mens : September Hassler n. 1071.

Ine Polycai'pée nouvelle à stigmate capité.

Polycarpon L.

Monostigma Hassl. Sectio nova

Pelalis 5 obovatis, breviter unguiculalis, anlheris 3, stylo elongato, stigmate subcapitato, species unica adhuc nota :

Polycarpon anomalum Hassler spec. nov.

Radix crassa lignosa in speciminibus vetuslioribus luberosa ad 40 mm. longa et mm. lata, caules plures 4-12 semi-adscendentes vel procum- benles 15-50 cm. longi, simplices vel dicliotome raniosi. leretes vel leviler stiiati, glabrescentes ad 1,5 mm. crassi. internodia 15-25 mm., sUpulœ scariosae iate trianguläres 0,5-0,75 mm. apice subulatse; folia sessilia, decussalo-opposita, ssepe praecipue infra ramificaliones, inlernodiis bre- vissimls vel subnullis, subverticillata; lamina elliplico-linearia 20/4 22/3,5 30/4 mm. plana, glabrescens, pinnatinervia; nervis in pagina superiore vix conspicuis. in pagina inferiore immersis.

(13) E. HASSLE». PLANTA PARAGÜARIENSES. 13

Inßorescentia e cymis Iaxis, compositis, lerminalibus formata, rami cymarum 10-20 mm., bractese scariosae, elliplico- trianguläres, carinatae, flores breviter pedicellati.

Sepala 5, quincunciali-imbricata, 2 exteriora ad 3 mm. longa, 3 inte- riora paullo longiora, elliplico-ovata, carinata, dorso longitudinaliter 1-striata, margine scariosa; petala 5 sepalis duplo breviora, intégra, ovata vel ovato-elliptica, basi breviter ungukuhla, stamina 3 anlheris introrsis, fiiamento brevi, sequilongo, loculis apice rostratis, longiliidinaliler rimosis, ovarium trimerum uniloculare, Stylus elongatus stigma sub- capitatum, placenta basilaris mulliovulata, capsula, stylo persistente coronata, Irivalvis, dehiscens semina ovoideo-subreniformia, leviter reticulata.

Suffrutex 0,2-0,5 m. petala alba in dumetis « Espinillares » dictis pr. Loma Clavel, Gran Chaco, Paraguay flor. et fruct. mens : Novemb. Hassler n. 2481 legit T. Rojas.

Notre nouvelle espèce est très intéressante, étant l'unique Polycarpée à un seul stigmate, les autres caractères la rapprochent cependant telle- ment du genre Polycarpon L, que nous avons préféré d'en faire une nouvelle section, que de créer un nouveau genre.

Une nouvelle variété du Ghodanthus splendens Hassler.

Dans les Plantse Hasslerianae II, p. S41 M. Sprague décrit une nouvelle espèce à' Adenocalymma de mon herbier, VA. glomeratum Sprague. Déjà en la collectionnant, je l'avais placé comme variété du Chodanthiis splen- dens mihi; mais n'ayant pas à ma disposition le spécimen type au moment de la publication du nouveau genre Chodanthiis, je me suis abstenu de l'y placer comme variété, me réservant de le faire après un examen soigneux du spécimen type. Cet examen a pleinement confirmé ma supposition et je donne par conséquent une courte caractéristique du Chodanthus splendens mihi et de ses variétés :

Ghodanthus splendens Hassler.

in Chod. et llassler. Novitates paraguarienses Bull. Herb. Boiss. 2"ie sér. 1906, p. 142.

14 BUi.i.KTiN DK l'hkrbikr boissikr {"à"^^- skr.). 1907 (14)

Ynr. a genuinus Hassl.

in Cliod. el Hassl. 1. supra cit. p. 142 Adenocalymma splendens Bur et K. Sch. in Mart. Flor. Bras. YIII, 2, p. 115.

Cirr/ii omnes Irifidi, ramis uncalis. calyx ce. S mm. altus, trun- catiii-, (ientibus 5 decurrentibus, corolla campanulata ad 5 cm. longa; ovula qiiadriseriatim affixa ce. 4 X lo in quoque loculo, Céleris chara- cleribus ut in descript. a cel. Bur. et K. Sch. 1. cit. data.

In silvisCordillerade Altos flor. mens: Jan. Hasslern. 1823 fruct. mens: Jan. Hassler n. 1823a. eod. loco llor, et fruct. mens : Oct. Hassler n. 3351 et 3351 a.

Forma Iransiens in variet. sequenlem.

In Sil vis pr. Concepcion flor. mens : Sept. Hassler n. 1048.

Yar. ß grandiflorus Hassl.

In Chod. et Hassler 1. supra cit. p. 142.

Cirrhi ut in var. a, calyx ad 6 mm. allus cetera ut in var. a; corolla elongato infundibuliformis, haud campanulata 70-90 mm. longa; ovula ut in var. a.

In silvis San Bernardino flor. mens : Aug. Hassler n. 857; ad margines silvarum Cordillera de Altos' Sept. Hassler n. 1129.

Yar. Y glomeratus (Sprague) nobis. var. nov.

= Adenocalymma glomeratum Sprague in Chod. et Hassl. Plant. Hassl. IL p. 541.

Cirrhi ut in var. a et ß; inflorescentia densior et brevior; calyx 5-6 mm. partim truncatus denticulatus ut in var. a et ß, partim in eodem corymbo indistincte quinque lobatus, lobis denticulatis, corolla campanu- lato infundibuliformis 3,5-4 cm. longa; connectivum antherarum fasciculo pilorum superatum ut in var. a et ß. ovîila ut in var. a et ß. cc. 4 X 14.

In dumetis pr. Concepcion flor. mens : Aug. Hassler n. 7213. fruct, mens : Oct. Hassler n. 7213 a.

15

CONTRIBUTION

L'ÉTUDE DES LACS ALPINS

PAR

M. TAIVIVKU-FÜLLEMAIVIV.

Le Schœnenbodensee.

INTRODUCTION

Dans le territoire de l'Alpslein, montagne située sur la frontière des cantons de Sainl-Gall et d'Appenzell, et connue déjà par la célèbre monographie de M. le professeur Heim de Zurich, nous trouvons plu- sieurs lacs à caractère tout à fait différent, et qui,. au point de vue bio- logique, n'ont été que peu explorés jusqu'à présent. Asper et Heuscher, les pionniers du Zooplancton, ont été les premiers, si je ne me trompe, qui s'en sont occupés, mais seulement en passant.

Il y a en tout 6 lacs dans cette région : ceux de Seealp, de Feehlen, de Ssemblis, de Wildsee, de Grseppelen et du Schœnenbodensee. Ce sont des cuvettes, qui, tout en étant situées dans la même région monta- gneuse, ne sont pas en communication entre elles; elles sont, ou bien séparées par des seuils élevés ou bien les eaux se perdent dans des cavités souterraines qui les conduisent dans des endroits situés dans une tout autre direction. Le lac de Sœmbtis par exemple envoie ses eaux à travers une chaîne de montagnes dans la vallée du Rhin. Des essais faits en colorant les eaux aux moyens de la fluorescéine ont démontré cette adduction.

C'est à l'activité de la Société des sciences naturelles de Saint-Gall qu'on doit ces recherches tant pour ce qui est du lac de Ssembtis que pour celui de Fa;hlen. Pour ce dernier lac on a aussi pu prouver que l'eau passant au-dessous de la montagne reparaît presque au même point que celle du lac de Sccmbtis. Le Wildsee, à une altitude de 2000 mètres, est

1() BULLKIIN DK I-'HKUIUICK IJOISSIKU (^""* SKll.). 1907 (^)

un Iroii rempli d'eau, sans affluent émissaiie; il est couvert de glace pendant la plus grande partie de l'année; il n'y a que le Seealpsee, le Scliœnenbodensee et Grieppelensee qui aient des émissaires visibles. Le premier appartient au bassin de la Sittei', le dernier à celui de la Tliour, tandis que le Scho3nenbodensee envoie ses eaux directement au Rhin.

Les profondeurs et les altitudes de ces lacs sont tout aussi variées que leurs conditions d'écoulement :

Seealpsee altitude 1139 m., profondeur maximum 15,ö m.

Saimiitisersee. . . . » 1209 m., » » 6,8 m.

Ksehlensee » 1448 m., » » 23,0 m.

Wildsee » 2000 m., » » 1

Gréeppelensee . . . » 1302 m., » » 7.3 m.

Schœnenbodensee » 1104 m., « « (5,8 lu.

Comme sujet d'étude, j'ai choisi parmi ces 6 lacs le Schœnenbodensee, qui est le plus rapproché de mon domicile; pour y parvenir, je devais parcourir chaque fois 30 km. à pied et à bicyclette, ce qui n'était pas pour facihter mon travail.

Avant d'entrer dans l'étude détaillée de ce lac, je dois traiter de quelques questions générales.

Tout d'abord qu'est-ce que c'est qu'un lacf

M. F.-A. Forel, le célèbre limnologue de Morges donne à ce sujet la classification suivante' : « Un lac est une masse d'eau stagnante, réunie dans une dépression du sol, sans continuité avec la mer. » Cette délinition comprend les lacs salés comme aussi les lacs d'eau douce; elle exclut les mediterran nées, les mers intérieures, les lagunes, dont les eaux au même niveau communiquent directement avec la mer générale. Il dislingue entre les vrais lacs, profonds de plus de 20 mètres, les étangs, lacs de profondeur assez faible pour que la flore littorale submergée des grandes phanérogames y prospère partout; autrement dit, les lacs sans région profonde, les marais, étangs et marais temporaires aux eaux s'évaporanl et disparaissant pendant la saison sèche. La limnologie générale divise le lac en trois régions : la région littorale, la région pro- fonde et la région pélagique.

On appelle région littorale la bande qui s'étend le long des côtes, tout autour du lac, jusqu'à la limite de l'habitat des grandes phanérogames submergées et des Characées, soit jusqu'à 5, 10, 15 ou 20 m. de profon- deur, suivant la grandeur du lac. Les conditions de milieu y sont fort diverses et très variables; la nature du sol, très différente d'une côte à l'autre, réclame pour sa description de nombreuses subdivisions.

La région profonde, le fond du lac, comprend le sol mémo et la couche qui repose sur le sol donnons à celle-ci une épaisseur d'un mètre environ ; elle s'étend depuis la limite de l'isobathe de 5 à 20 m., selon la grandeur du lac, jusqu'à la plaine centrale des grands fonds. Les conditions de milieu y sont constantes et uniformes, à peine diflerentes entre les talus et le plafond du lac, milieu calme, obscur, froid et pauvre,

* V.-X. Forel, Programme d'études de Biologie lacustre {Annales de Biologie lacustre, tome L fascicule 1).

(3) TAiN.NEK-FULLiaiANN. ÉTUUK DES LACS ALI'INS. 17

La région pélagique est la grande masse du lac, au large de la région littorale jusqu'au milieu du lac, au-dessus de la région profonde, depuis la surface jusqu'à la couche immédiatement en contact avec le sol. C'est le plein lac, c'est l'espace indéfini et illimité. Les conditions du milieu y sont uniformes et constantes, brillantes et actives; elles varient avec les saisons au point de vue de la température et de la lumière, mais dans les couches supérieures seulement; elles varient avec la profondeur, devenant plus calme et plus égale dans les couches inférieures.

Tandis que M. Forel étabht une division par une base plus ou moins géologique ou plutôt physique, MM. Schrœter et Kirchner, dans leur fa- meuse description du lac de Constance, entrent mieux dans les conditions biologiques et prennent celles-ci comme mode de division : En marchant de la terre ferme vers un lac, nous trouvons les zones suivantes:

le Littoral, toujours sec, habité par des plantes terrestres, mais plus ou moins façonné par les ondes. Il comprend :

a) le bord, à pente raide,

b) la grève immergée à pente plate.

la Grève inondée ou la zone limitrophe entre les eaux hautes et les eaux basses, à pente plate, parfois inondée, portant des plantes terres- tres et aquatiques.

la Grève submergée toujours inondée, portant des plantes palus- tres et des plantes aquatiques aux organes émergés.

la Beine, plaie, toujours inondée avec des plantes palustres (jusqu'à 3 m) et des plantes aquatiques aux organes émergés.

le Mont, à pente raide, toujours inondé, avec des plantes aquatiques, aux organes émergés (jusqu'à 6 m.). Limite de la rive hydrologique.

le Talus du plafond, moins raide, seulement couvert de macro- phytes submergés, qui atteignentjusqu'àSOm. Limite de la rive biologique.

70 le Plafond du lac avec ses microphytes.

la Région limnétique.

La flore pélagique se divise en 3 associations différenciées selon l'en- droit, les conditions de vie et les apparitions d'adaptation:

L Le Phy to-Benthos ou flore du sol, formé parles plantes lacustres, liées au sol, p. e. Phragmites, Scirpus, Nymphaea, Nuphar, Potamogeton, Chara.

IL Le Pieu s ton ou la flore nageante, formé par des plantes qui nagent librement dans l'eau, mais sont adaptées à la vie aérienne, par ex. Lemna, Utricnlaria.

IIL Le Phyto-Plancton.

Qu'est ce que c'est que le Plancton?

D'après Hensen elflseckel le Plancton est constitué par des organismes vivants, submergés, flottant dans l'eau. Leur mouvement propre est im- puissant contre les ondes et les courants d'eau.

Donc, qui veut s'occuper de la végétation d'un lac, doit en étudier le Phyto-Benlhos et le Pleuston comme aussi le Phyto-Plancton : ce n'est qu'alors que l'on peut se faire une idée réelle de toutes les conditions vitales de la vie lacustre.

Il n'y pas longtemps que l'on s'occupe de la végétation lacustre en général et du plancton en particulier. Autrefois on croyait que les lacs n'étaient que des lacunes dans le tapis vert, qui garnit partout la nature. Peu à peu, l'on commença l'étude, et plus ou avançait, plus ou trouvait que cela valait la peine.

BULLETIN DE l'hekbier boissier, u" 1, 31 décembre 1906. 2

18 BULI.KTIN DK 1,'hERBIER BOISSIER (2™« SÉR.). 1907 (4)

Ce fut M. le professeur F. A. Forel à Morges, qui a commencé le premier à éludier un lac, en faisant l'exploration de son magnifique lac Léman. Ensuite vinrent en Suisse MM. Asper, Blanc, du Plessis, Heuscher, Imhof, P. E. Müller, Lutz, Penard, Piccard, Schilling, Studer, Yung, Zschokke et beaucoup d'autres qui s'occupaient de la Faune de nos lacs, tandis que MM. Brun, Ghodat, Kirchner et Schroeter en étudiaient lePhyto-Plancton.

En Allemagne Weissmann, commençait le premier, à étudier la faune du lac de Constance; ce fut aussi dans ce pays que l'on fonda la première station de biologie lacustre Ploen 1891), dont le directeur M. Zacharias, est un planctologue zélé. Citons en outre Lemraermann, Apslein, Bruno Schroeder. Seligo, etc.

La France, à son tour peut se vanter d'avoir une région lacustre étudiée à fond, en particuler celle du Jura, dont les 66 lacs furent explorés par M. Magnin, professeur à Besançon. Au point de vue géophysique, citons Delebecque, dont la belle Monographie «Les Lacs français» et devenue classique

En Danemark M. Wesenberg-Lund, a commencé non seulement à élu- dier les lacs de sa patrie et ceux de l'Ecosse, mais aussi à comparer les résulats obtenus dans ces deux pays.

En outre ou fait aussi des études planctologiques en Italie (de Toni, Forti. Pavesi, Lanzi. etc.) en Bohême (Friç et Vavra). en Ecosse (West.) en Amérique (Kofoid, Reighard, Smith) etc., etc., de sorte qu'actuel- lement il y a une foule d'hommes de science qui contribuent à la con- naissance des lacs à plusieurs points de vue (Systématique et Biologie). Plus on s'en occupe, plus on trouve de faits nouveaux et importants; aussi l'étude de la biologie lacustre est elle devenue une branche très cultivée de la botanique.

1. Situation. Géologie et environs du lac.

Lorsque de Wildhaus l'on marche, dans la direction du nord-est, durant 2 kilomètres vers le Toggenbourg, l'on ne tarde pas à franchir la ligne de partage des eaux du Rhin et de laThour et à rencontrer un lac qui, s'il ne frappe ni par sa grandeur, ni par le charme de ses rives, n'en et pas moins l'un des plus intéressants de la Suisse au point de vue de l'étude de ses eaux. C'est le Schœnenbodeiisee, situé sur la pente Sud-Ouest de l'Alp- stein, à la cote de 1 lOi m. Il occupe une dépression dont l'un des versants remonte faiblement dans la direction du Sud vers une crête peu déclive formée par les dépôts de la moraine du glacier du Rhin (Moränenschutt des Rheingletschers). Le géologue A. Gutzwiler en écrit ce qui suit dans ses contributions à la carte géologique de la Suisse (Livraison XIV, pages 110 et 111):

« Gletscherbildungen finden sich im obersten Teile des Toggenburgs « überall, besonders auf der Seite gegen das Säntisgebiet hin, auf dem « Schœnenboden und an den Seitenbächen der Simmi. Es sind meist un- « geschichtete Gletscherablagerungen mit geritzten und polierten Kalk- « blocken, und nicht selten zeigt sich auch ein kristallinischer Block. « Diese Gesteine werden um so häufiger, je mehr man von Wildhaus « gegen das Rheintal hinuntergeht; diesseits Wildhaus, im Tale der Thur

(5) TANNER-FÜLLEMANN. ÉTUDE DES LACS ALPINP. 19

« scheinen sie zu fehlen. Auf welcher Höhe bei Wildhaus die obersten « Blöcke des RheingleLschers liegen, könnte ich nicht genau angeben; « doch nach allen den bisherigen Erfahrungen darf man annehmen, dass « sie bis auf die Höhe von 1250-1300 m gehen, d. h. ca. 800-850 m über « die jetzige Talsohle des Rheines. Der Rheingletscher hätte somit 300 m « über die Wasserscheide bei Wildhaus gei"eicht, ohne das Thurlal hinun- « ter sich zu bewegen, was sich nur durch die Annahme erklären lässt « vorausgesetzt, dass seit jener Zeit keine Hebungen und Senkungen « stattgefunden dass. bevor der Rheingletscher bis zur absoluten Höhe « von 1000 m reichte, bei Wildhaus sich Eisraassen vom Säntis und von « den Churfirsten sammelten, welche dem Rheingletscher allerdings den « Weg versperrten, sich aber mit ihm zum Teil verschmolzen und einige « kristallinische Blöcke abwärts führten. »

Les terrains mis à découvert par la construction de la nouvelle route au Schœnenboden dépôts de moraine non stratifiés avec des pierres striées et de nombreux blocs erratiques qui ont été trouvées dans les environs confirment les indications deGulzwiler. Un bloc remarquable en granit de Puntaiglas, d'un volume d'un mètre cube y fut trouvé, il y a quelques années; il étonna tellement les gens du pays par son aspect singulier, qu'ils le partagèrent et en déposèrent les morceaux auprès de différentes mai- sons d'école (Schœnenboden, Liesighaus et école secondaire). La roche en place est crélacique. Au nord de la Simmi nous avons du Seewerkalk, au sud du Flysch.

Yers le nord du lac les rives ne tardent pas à s'élever rapidement vers le « Gulmen », longue crête atteignant une altitude de 1686 m. près du lac, mais qui s'élève vers N. E. jusqu'à 2004 m. Ses flancs sont ornées de forêts mixtes et ça et sillonnées par de petits ravins. Sur les autres parties le lac est entouré par un terrain marécageux, qui graduellement fait place à des prés fertiles.

Le lac est alimenté par un seul affluent, la « Simmi », qui naît à l'Ober- hagalp au pied du Gulmen. à l'altitude de 1280 à 1290 m et se déverse dans le lac après un court parcours. La Simmi sort de l'extrémité opposée et après avoir reçu les eaux de la Tesel et Bodenalp coule comme un tor- rent de mauvais renom par la gorge de la Simmi, traversant plusieurs fois la roule qui va de Wildhaus à Buchs. Arrivée dans la vallée du Rhin elle est canalisée et conduite dans le canal de Werdenberg (Werdenberger Binnencanal) non loin de la gare de Hag-Gams.

2. Structure du lac.

Le Schœnenbodensee a une structure assez régulière. Sa profondeur maximum (5.8 m) est presqu'au centre, c'est-à-dire en un point un peu plus raproché de la rive septentrionale. De là, le plafond monte dans sa direction longitudinalejusqu'à 50 cm. à l'extrémité inférieure du lac (Ouest) et à 1.4 m. jusqu'à l'extrémité supérieure; il s'étend de ces deux points